Je suis venu, j’ai vu, j’ai vaincu !

Voilà c’est fait !!!

Il y a maintenant 8 mois, je me décide à m’inscrire à cette épreuve, le Ventouxman.
2 km de natation dans le lac de Piolenc, 90 km de vélo en finissant par l’ascension du Ventoux côté Bedoin et 20km de cap version trail. Après tous les récits de chacun et de vos exploits, j’avais aussi envie de vivre une expérience en Triathlon.
Cette inscription se fait dans la plus grande discrétion car, à cette époque, je ne suis pas du tout certain d’avoir la capacité d’y participer et je souhaite me protéger d’une certaine pression.
Je me lance avec très peu d’expérience en Triathlon, n’ayant fait qu’une seule épreuve : le Triathlon des lacs en juin 2016 en version S.
Fidèle à ma philosophie et à mes obligations, j’effectue une préparation 3 étoiles…au Guide Michelin avec beaucoup de fractionnés…clopes, vins, restaurants et de voyages qui ne me permettent pas de m’entraîner autant que je voudrais.
L’épreuve a lieu le dimanche 4 juin. Nous arrivons sur place le jeudi dans la nuit. Nous profitons de la région chez des amis.
Samedi, je vais chercher mon dossard et prends beaucoup de renseignements car je vois que je manque beaucoup d’expérience.
Dimanche, réveil à 4h15, petit déjeuner et hop direction Piolenc.
Je prends le temps de me préparer, de ranger mes affaires. J’essaie d’échanger quelques mots avec d’autres concurrents pour évacuer le stress.
Départ à 7h25, l’eau est à 23ºC, parfait.
J’effectue la natation en 40’55, une grosse surprise tant je redoutais cette épreuve n’ayant jamais nagé en eaux vives (hormis au lac de la forêt d’orient l’année dernière). Très bonnes sensations, tout en respectant mon plan de course. En effet, je m’étais promis de faire l’ensemble de ce Triathlon en complète gestion, à savoir ne jamais être essoufflé. Je n’avais aucun repère et je ne voulais pas me griller.
La transition se fait tranquillement 4’07.
Je pars pour la partie vélo. Le mistral est déjà bien présent sur la longue ligne droite qui nous mène au km28, cela va être difficile. Je m’étais fixé une moyenne de 28km/h au pied du Ventoux. J’arrive à Bedoin avec 28,6 !
Le parcours jusqu’à Bedoin est magnifique. Je connais tous ces villages viticoles pour en boire souvent 😉
À Bedoin, je prends le temps de me ravitailler, il fait déjà très chaud. C’est parti pour la montée du Mont Ventoux. J’ai déjà effectué 4 ascensions de cette montagne auparavant et cela a toujours été difficile.
Je monte au train tranquillement en sachant pertinemment que ce Triathlon peut se perdre dans cette ascension. Je me fais beaucoup doubler mais je respecte mon plan de course : se préserver.
La montée est vraiment difficile et le nombre de vélos toujours aussi impressionnant.
Il fait très chaud : ne pas manquer de s’hydrater…
J’arrive enfin au sommet après 2h26 de montée. Pas terrible, mais je ne suis pas trop entamé.
Je me régale dans la descente qui nous conduit au Mont Serein.
J’arrive au parc à vélo de la transition 2, sur le bitume en plein soleil…ça commence à chauffer sévère. Je prends le temps de me préparer, un peu trop peut être…8’51.
Je pars pour la cap ou un parcours typé trail est annoncé avec 450 m de d+.
Je découvre la première boucle, il y en a 4 à effectuer. C’est effectivement très typé trail, un vrai toboggan sur chemin et single. Superbe !!! La chaleur et la fatigue ne me permette pas de trop profiter. J’échange quelques mots avec quelques concurrents. Ma tri fonction aux couleurs de notre club me permet de recevoir quelques chauds encouragements, le succès du champagne! J’ai surtout les encouragements de Cécile qui m’a suivi tout le long de cette épreuve, et ça, ça m’a fait le plus grand bien.
Je gère le premier et le deuxième tour, mais ça commence à me paraître long. Le troisième tour est difficile, l’alimentation est compliquée et je commence à fatiguer. Alors je me mets à penser aux copains qui ont fait le Frenchman la semaine dernière et qui ont dû souffrir bien plus que moi…et surtout je pense à Thierry et son Evergreen, et là, je me dis que je n’ai pas le droit de me plaindre avec mes 20 petits km de trail.
Je rentre dans le quatrième tour, celui de la délivrance. Cécile vient me rejoindre à la moitié de la boucle pour finir avec moi. L’émotion commence à monter…et me submerge complètement en passant la ligne d’arrivée….
J’en termine en 2h39, ça y est, c’est fait !!!
Total 8h35’10.

Quel plaisir et fierté d’avoir réaliser ce projet et de voir la fierté dans les yeux de ma fille.
Avec mon humble expérience, je conseille à tout le monde de participer à cette épreuve magnifique et très bien organisée.

Je tenais à remercier Cécile (ma première épouse) sans qui rien n’aurait été possible, à tous les copains du club qui, à travers leurs exploits, m’ont donné l’envie d’appartenir à leur famille, à mon frère (Mr le président) pour ces conseils et qui, en premier, m’a transmis l’idée de faire du Triathlon.

Julien Girard.

  • L (2000m/90km/20km) (799 arrivants)
    1. Julien GIRARD (699ème en 8:35:10 – 00:40:55 / 05:02:09 / 02:39:08)

12 pensées sur “Je suis venu, j’ai vu, j’ai vaincu !

  • 5 juin 2017 à 19:50
    Permalink

    Toutes mes félicitations Julien, tu mérites bien la première page du site.
    Ton récit traduit parfaitement dans ce que nombre d’entre nous recherchons dans ce sport.
    Merci pour le partage.
    Christophe.

    Répondre
  • 5 juin 2017 à 20:59
    Permalink

    Bravo bravo et encore bravo ….
    Toi qui a l habitude de toujours trouver une connerie pour faire rire les autres sur ce coup là tu ne devais en mener large ! Bref tu as performé … et ça c est la classe des champions !
    Prochain objectif ???

    Répondre
  • 5 juin 2017 à 21:37
    Permalink

    Bravo le Julien, belle leçon de sport et de mental !
    çà donne envie et ça me rassure également.
    On peut faire des exploits tout en profitant bien de la vie (professionnelle bien sur…)
    Ça s’arrose

    Répondre
  • 5 juin 2017 à 22:14
    Permalink

    Alors là tu me régal. Je vais être obligé d’en faire de même
    Bravo et grand respect mec

    Répondre
  • 5 juin 2017 à 22:24
    Permalink

    Super……….. très content pour toi mais je ne suis même pas surpris………… plein de courage et de détermination ça te correspond bien…………… et de plus sans te prendre au sérieux……………… CHAPEAU MEC!

    Répondre
  • 5 juin 2017 à 22:43
    Permalink

    Bravo Julien, je suis très heureux pour toi dont l’occupation professionnelle ne permet pas de suivre un entrainement structuré.
    Pour avoir fait le premier Ventouxman, celui qui se terminait dans l’amphithéatre d’Orange, je peux confirmer que Piolenc, au matin, ce n’est pas vraiment facile, surtout quand il y a le mistral.
    C’est une épreuve magnifique, qui renait pour la seconde fois de ses cendres (annulé l’an dernier au dernier moment), elle vaut le coup d’être tenté, tu l’as reussi, bravo !!!!

    Répondre
  • 5 juin 2017 à 22:47
    Permalink

    Super récit Julien ! Au top. Tu nous l’avais bien caché cet objectif ! Felicitations.

    Répondre
  • 5 juin 2017 à 22:54
    Permalink

    Félicitations frangin !
    Dans la famille, on a pas de grosses jambes ( plutôt une grande gueule … ) mais tu as su te faire mal pour atteindre ton objectif ! Encore bravo !
    C’est un bel exploit car seul le vélo était typé montagne !!!
    Bienvenue parmi les …man !

    Répondre
  • 6 juin 2017 à 10:05
    Permalink

    Félicitations Julien,
    Des défis comme je les aime. Pour en avoir réalisé pas mal, je comprend et partage tes émotions à l’arrivée, après l’excitation d’avant course et l’épreuve elle-même, où pour réussir, on sollicite l’organisme en dehors de sa zone de confort pour faire place au mental……oublier les douleurs en mettant son corps sous hypnose….ca se travaille et tu sais très bien le faire.
    Si tu en as d’autres comme ça, fait moi signe…….mais sans la natation….brrr….

    Répondre
  • 6 juin 2017 à 21:17
    Permalink

    Félicitations !!!
    Une belle course faite par un bel athlète !
    Bienvenue dans les mondes des fous qui se font du mal sans savoir à quoi ça sert !!!

    Répondre
  • 6 juin 2017 à 21:35
    Permalink

    Félicitations cachotier solitaire,
    C’est malin, si tu m’en aurais parlé je serais venu pour que ta première épouse devienne ma deuxième épouse !!!
    Cherches pas c’est compliqué (juste une histoire de gougoutte entre elle et moi), enfin bravo, 1 de fait et certainement pas le dernier, avec de la préparation il est certain que tu aurais pris plus de plaisir, alors pour la prochaine fois médites ces paroles, en plus avec cette ambiance de club, la joie serait passée au dessus de la douleur !!!
    Bravo mon coincoin, bonne récup.

    Répondre
  • 14 juin 2017 à 19:20
    Permalink

    Bravo mon frère ! Merci pour cet article qui fait part de tes pensées, tes appréhensions et tes émotions tout au long de cette belle épreuve sportive que tu as remportée…sur toi-même! Cela fait plaisir et donne envie à la modeste sportive que je suis de continuer et de se fixer ses propres objectifs pour aller toujours un peu plus loin dans l effort, la découverte et la fierté de l accomplissement! Félicitations !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *