J’en avais rêvé…

J’avais 13 ans lorsque j’ai découvert le cyclisme grâce à mon fidèle copain Yannick que je ne remercierais jamais assez.
Le jeune collégien que j’étais passait plus de temps à illustrer les couvertures des cahiers avec des photos des géants du cyclisme de l’époque qu’à réviser ce qu’il y avait à l’intérieur !
Ils s’appelaient Bernard Hinault, Greg Lemon, Laurent Fignon, Herrera le grimpeur Colombien, etc. Je les idolâtrais plus que tout.
Dès ma première licence, mes premières compétitions, j’ai très rapidement été attiré et envoûté par les grandes classiques de début de saison.
Tour des Flandres, Paris Roubaix, Liège Bastogne, La Flèche Wallonne, toutes ces courses d’un jour où tout peut arriver.
Dans ce genre de course, les grands deviennent encore plus grands mais la chance peut aussi sourire à un illustre inconnu, un fait de course peut tout faire chambouler, rien est écrit tant que la ligne n’est pas franchie.
J’ai dévoré des heures de direct durant mes années de jeune compétiteur, j’ai aussi intimement muri l’espoir de les retrouver, c’est vrai. Mais j’ai dû me rendre à l’évidence qu’il me manquait ce super moteur nécessaire à atteindre la porte d’entrée de ce cercle très restreint.
Petit à petit, le doux rêveur que j’étais est entré dans la vie active et j’ai tracé ma route oubliant peu à peu les héros de ma jeunesse, il est vrai un peu déçu par certaines révélations mais jamais amer à l’égard des coureurs et de mon sport.
On m’a proposé en début d’année de participer au Tour des Flandres amateur, une épreuve sans classement donc sans pression particulière et idéale pour une préparation. Je me suis alors engagé sur le parcours de 174km comportant pas moins de 18 monts dont 5 pavés avec des noms mythiques comme le « Mur de Grammont » ou le fameux « Kopenberg » avec des passages à 20%.
J’étais alors bien loin d’imaginer que tous mes souvenirs de gamin allaient resurgir lorsque, après un virage à gauche, j’ai levé les yeux et vu la pente se dresser avec ce mur tapis de pavés. J’y étais, sur les traces des héros que j’avais idolâtré durant mon enfance, c’était tout simplement magique !
Le courage, l’abnégation, les valeurs sportives qui m’ont fait aimer ce sport ont, en un instant, resurgi et là, j’y étais, au contact des pavés, violents, durs et incontournables. J’ai mis un point d’honneur à rester sur le milieu du pavé pour encore mieux ressentir et infiltrer ces images imprimées dans ma tête.
Je garde et garderai toujours un profond respect pour ces gladiateurs même s’ils sont trop souvent décriés pour des affaires de dopage. Derrière chacun de ces visages, il y a un enfant qui, comme moi, a succombé jadis à l’envie de devenir un champion, un héros.
Je vous invite à venir fouler les pavés des Flandres aux cotés des 16000 participants sur les différents parcours de 74, 139, 174 ou 229km et venir rendre hommage à ces champions qu’ils soient premier ou dernier, ils méritent tous les respects.
Christophe CONGIUSTI.

Les site de l’organisation : http://www.werideflanders.com

Sur Strava…
Le « Kopenberg »
Le « Mur de Grammont » chargé d’histoires…
Les parcours et difficultés

 

Une organisation colossale !

13 pensées sur “J’en avais rêvé…

  • 14 avril 2019 à 20:55
    Permalink

    Bravo Christophe! Que de bons souvenirs!.. Moi, même les pavés de l’avenue de Champagne me gonflent, c’est dire..😂
    Et en plus, aujourd’hui, tu as eu le privilège rouler avec les plus grand cadors du club.😬.
    Quelle semaine.

    Répondre
  • 14 avril 2019 à 21:03
    Permalink

    Ça doit être magnifique.
    Beau récit qui fait envie … ces pentes à 20% me font rêver 😁.
    Tu as ça dans le sang …

    Répondre
  • 14 avril 2019 à 22:18
    Permalink

    Bravo Chris Froome, beau récit qui donne envie !!! Moi aussi j’ai toujours rêvé de grimper…. une équipe de hollandaises, alors je vais faire comme toi et essayer !!! 🙂
    Le sport nous apporte des émotions que seul les sportifs pourront comprendre.

    Répondre
  • 14 avril 2019 à 23:02
    Permalink

    Super content pour toi. Réaliser ses rêves est un privilège… quel sera le prochain ??????

    Répondre
  • 15 avril 2019 à 11:18
    Permalink

    Bravo et merci Christophe pour le récit de cette belle sortie mythique. ….Aussi bien écrit qu’un article d’Albert LONDRES sur les « forçats de la route »…….

    Répondre
  • 15 avril 2019 à 11:26
    Permalink

    Très beau récit Christophe on lit beaucoup d’émotion dans ton texte.
    Et merci à toi de nous faire partager cette passion au fil des sorties que l’on partage ensemble et de nous faire partager ton expérience afin qu’a notre tour nous progressions sur le vélo.

    Répondre
  • 15 avril 2019 à 14:28
    Permalink

    Que de beaux souvenir bravo Christophe !

    Répondre
  • 15 avril 2019 à 19:18
    Permalink

    Christophe,
    Avec le temps, ta plume est de plus en plus belle et elle nous permet de ressentir de plus en plus tes émotions.
    Fais attention Mec, on va finir pour te prendre pour un romantique …
    Mais tu as raison, il est important, quand cela est possible, de vivre ses rêves d’enfant.
    Nous en avons tous, sportifs, cachés au fond de nous : Ironman, marathon, étape du tour, ascensions, traversés,…
    A nous de faire en sorte de les concrétiser !
    Merci de nous avoir fait vivre un des tiens !
    Guillaume

    Répondre
  • 15 avril 2019 à 21:22
    Permalink

    Bien imagé..
    Joli rêve devenu pour un instant presque réalité.
    1 fois dans ça vie de cycliste.
    A faire.

    Répondre
  • 27 avril 2019 à 18:06
    Permalink

    Peu à rajouter aux messages précédents, si ce n’est que je connaissais une bonne partie de l’histoire et que la suite montre ta progression et ta fierté à la faire évoluer. Sérieux, réaliste, fiable, tu peux être fier de ton parcours qui s’accompagne de plus en plus de sérénité. Garde le cap, même si ce n’est pas facile tous les jours, tu es une vigie pour beaucoup, sois en fier !

    Répondre
    • 27 avril 2019 à 19:35
      Permalink

      Merci L’Papy ça fait vraiment du bien !
      « vigie » :
      La vigie ou nid-de-pie est la partie d’un navire située au sommet du plus haut des mâts et servant de poste d’observation.

      Répondre
      • 18 juin 2019 à 13:40
        Permalink

        Beau récit !😍 Doué pour le sport et pour l’écriture…Sans oublier l’informatique ! 😉 et la modestie !
        Bravo l’ami !
        C’est avec grand plaisir que je t’adresse avec sincérité toutes mes félicitations sur tes exploits sportifs !
        Les souvenirs ça réchauffe de l’intérieur ! Et tu as eu la chance de vivre un de tes rêves alors ne t’arrêtes pas continue à pédaler vers d’autres objectifs !

        Répondre
        • 20 juin 2019 à 10:25
          Permalink

          Ohhh qu’il fait du bien ce commentaire, merci beaucoup Fanny !

          Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com